Soyons clairs, je n’ai jamais mis un pied dans le Béarn ou la Gascogne, et j’aurais du mal à t’expliquer le fonctionnement de la vielle à roue et du tambourin à corde. Par contre, la Familha Artús (renommée simplement Artús désormais) est un nom qui m’évoquait plein de bonnes choses musicales depuis plusieurs années, tout comme le travail de Romain Baudoin (1 Primate) et du collectif La Novia. Ors est en tout cas le cinquième album d’Artús et représente une réussite totale, que tu aies un faible pour la musique traditionnelle ou pas.

Pour ce qui est de la composition du groupe, tu auras donc compris qu’on a ici affaire à un hybride entre modernité (le classique trio guitare basse batterie) et tradition (vielle à roue, tambourin à corde, violon, chant en occitan). La musique se trouve forcément imprégnée de ce mélange qui façonne un son et une forme musicale des plus originales, et évoque plein de belles choses (musicales, ou non). J’aurais alors bien du mal à donner des influences et des références pour te situer le groupe du côté des musiques traditionnelles, mais pour ce qui est du rock, sache que j’ai pensé tour à tour à des trucs comme les Siciliens de Tapso II (pour l’alliance violon + noise-rock), les Français de l’Enfance Rouge (pour l’âpreté du son et la large palette des sonorités employées) ou les inébranlables Hollandais de The Ex (pour à peu près les mêmes choses que l’Enfance Rouge). Que du validé quoi !

Au niveau des chansons et des émotions qu’elles transportent, sache qu’ici aussi tu verras du pays, de la très frondeuse introduction Develsh (surement le morceau que j’aime le moins d’ailleurs, mais qui a le mérite de te mettre les deux pieds dans le plat instantanément) au final assez nostalgique mais festif L’ors Dominique. Chaque pièce brosse une facette d’un concept global, l’ours, concept ayant au moins le mérite d’emmener les musiciens sur des terrains de jeu variés et complémentaires. On voyage alors en leur compagnie au milieu des montagnes et de paysages presque palpables, et ce jusqu’au point culminant du périple atteint pour moi avec la doublette La hola / Aurost, belle à pleurer.

Voilà donc un album qui sort des sentiers battus et mérite vraiment d’être applaudi, aussi bien pour la qualité de la musique que pour l’importance de la démarche collective consistant à faire vivre les traditions d’une région, et ce dans une époque matraquant le concept d’uniformité à tout-va. Ces cinq titres sont en tout cas de parfaits ambassadeurs d’une énergie qu’on espère voir prospérer. Sache pour finir que l’objet entourant le CD est magnifique et assez passionnant à feuilleter (en tout cas pour un néophyte), que son achat reste le meilleur de moyen d’encourager ce bel engagement, et que, surtout, il n’y a aucun risque pour que tu sois déçu.

Artiste : Artús
Release : Ors
Date de Sortie : 10/03/2017
Labels : Pagans
Acheter cet album