Death To Pigs vient de l’est de la France, et donc sans surprise, Death To Pigs est sale, violent, violeur, sans pitié, et résolument méchant. Death To Pigs est aussi l’un des groupes les plus doués de la scène punk-noise française, et sa nouvelle offrande à l’underground crasseux était donc attendue au tournant.

death_to-karachi

Certes, les 7 et 10 pouces sortis depuis Carnal Carnival (2007 quand même) avaient permis à la poignée de fidèles de ronger leur frein et de ne pas trop se soucier de l’avenir du groupe malgré les changements de personnel et le temps pris pour accoucher d’un nouveau long format. Pourtant, à notre époque, on s’inquiète toujours un peu quand cinq ans s’écoulent entre deux livraisons.

Histoire de rassurer et de mettre tout le monde d’accord, l’introductif Filthy Pigs est surement la meilleure chose que les nancéens n’aient jamais composée : guitare perverse, ambiance malsaine, chant à l’arrache, construction hypnotique, tout est là. Dans ce registre post-punk lorgnant de temps à autre vers un côté western rappelant Shub (Land of The Lost Tribe, I Got The Order), rien à dire, tout le monde est ici plus ou moins surclassé. A noter que par moment on n’est finalement pas loin de groupes tels que Frustration ou Cheveu, mais avec un côté sans concession et rugueux qui fait cruellement défaut au revival post-punk/no-wave sévissant depuis quelques temps.

J’ai par contre personnellement un peu plus de mal quand le coté punk du groupe ressurgit de façon trop automatique, cassant un peu la bulle créée auparavant. Le Death To Pigs que j’aime est celui qui fait peur à ta sœur, celui qui n’hésite pas à rallonger les chansons et enrichir l’instrumentation pour servir la cause de l’ambiance, en d’autres termes, celui qui remet au gout du jour les Brainbombs, et ce pour notre plus grand plaisir. On ne pourra pour autant pas nier que ces titres plus directs font preuve d’un certain talent d’écriture et d’une efficacité n’étant pas donnée à tout le monde.

Ce Live At karachi remplit donc haut la main le contrat, mais déçoit presque de ne pas toucher d’encore plus près l’excellence. On ne leur en voudra pas mais on en redemande, surtout que 13 titres, à raison de 2 minutes 30 en moyenne, c’est un peu léger après cinq ans de patience. On espère donc l’attente réduite la prochaine fois car l’urgence et la sueur sans compromis de Death To Pigs sont tout ce qui manque à notre belle mais trop gentille scène noise-rock française.

Artiste : Death To Pigs
Release : Live At Karachi
Date de Sortie : 01/02/2012
Label : 213 Records
Acheter cet album