31 décembre 2015, 15h. Je m’apprête à ne pas me saouler ce soir, ou en tout cas sans champagne, et loin des reprises de Seven Nation Army à la façon de Patrick Sébastien. Une grande année pour le terrorisme et pour l‘anéantissement du service public s’achève, et le top rock 2015 certifié SWQW subit ses dernières permutations. On fait les comptes et on se sent un peu nazes de ne pas avoir pris le temps de causer du quatrième album des américains de Fight Amputation (Fight Amp pour les intimes). Faute avouée est à moitié pardonnée, mais elle nécessite cependant réparation tant ce Constantly Off, même s’il commence sur un pastiche des Melvins (groupe qui m’emmerde un peu), est une des plus belles douceurs qu’aura vu naître la planète noise-rock au cours de cette fructueuse année 2015.

Une première preuve de la qualité de ce disque est sa sortie sur Brutal Panda Records, label qui en plus de posséder le meilleur nom du monde, nous a par exemple honoré récemment des sorties des excellents disques de Zozobra et de Kowloon Walled City. Les mecs de Fight Amp semblent d’ailleurs proches de ceux de KWC, ce qui me fait dire qu’il faudrait quand même que je prenne le temps de vous parler de leur dernier album, plus émo que Container Ships, mais bien cool quand même.

Mais revenons-en à nos moutons, en notant d’emblée que ce nouveau disque s’inscrit tout naturellement dans l’évolution d’un groupe parti d’une base noise-hardcore qui me faisait penser à Art Of Burning Water pour se diriger de plus en plus, et c’est définitivement le cas ici, sur des trucs plus sludge, mais aussi plus pop. Je pourrais vous dire que ça m’évoque Torche/Floor, mais comme j’ai du mal avec la musique de ces gaillards là, je t’orienterais plutôt sur Big Business ou Part Chimp. Quoiqu’il en soit, Fight Amp est surtout un condensé parfait de tous les bons côtés de la musique de la fin des 80’s / début des 90’s, de la lourdeur du sludge à l’urgence du hardcore en passant par l’évidence grunge, des Melvins à Black Flag en passant par Mudhoney. Le son est d’ailleurs remarquable, avec une mention spéciale pour le grain jouissif des guitares, et la basse pesante mais incisive qui remplit toutes les cases du code de bonne conduite de tout groupe affilié noise-rock/noise-core qui se respecte un tant soit peu.

Tu l’auras compris, rien n’est fait ici pour nous rajeunir, mais on est en face d’une belle collection de riffs implacables et malicieusement agencés au sein de six putain de morceaux. Certain de sa force de frappe, le trio fait en effet le tour de la question en moins de vingt minutes. C‘est court, mais ça présente l’avantage de ne laisser la place à aucun déchet, et ça justifie une chronique express de ma part. Un disque pour esthète pressé en somme, et une belle et grande leçon de gras. Le groupe y propose avec un talent certain un alliage parfait qui plaira à toute personne croyant encore que la musique doit se jouer fort, et en trio guitare basse batterie. La vie la vraie, quoi. Bonne année les petit(e)s.

Artiste : Fight Amputation
Release : Constantly Off
Date de Sortie : 09/06/2015
Label : Brutal Panda
Acheter cet album