6_Panel_Digipak

Voilà plus de 25 ans qu’Alan Dubin crache sa haine et son désespoir dans nos oreilles. Tout a commencé avec OLD, duo qu’il formait avec James Plotkin et qui s’est transformé en Khanate avec l’arrivée de Stephen O’Malley (Sunn O))), Burning Witch, … ) et de Tim Wyskida ( Blind Idiot God ). En 2006, Khanate se sépare et Gnaw voit le jour. Alan Dubin s’entoure ici de plus ou moins parfaits inconnus, et pond en 2009 un This Face encourageant bien qu’un peu bancal et long. Malgré cette semi-déception, le nihilisme forcené et le dévouement total qui transpirent de chaque création de Dubin fascinent et poussent à suivre inlassablement les pérégrinations de cette âme torturée. Et autant dire que l’auditeur qui n’a pas encore lâché l’affaire sera dûment récompensé par cet Horrible Chamber.

Dans un sens, ce nouvel opus se rapproche plus du drone/noise/doom de Khanate que de l’indus décharné du premier album de Gnaw. Cependant, aucun retour en arrière ne se fera sentir car qui dit personnel différent dit nouvelles sensibilités, ce qui se traduit ici par une redéfinition des rapports avec le temps et un enrichissement salvateur des textures. A ce jeu, l’introductif Humming est réellement parfait, car basé sur une répétitive ligne de piano tout ce qu’il y a de plus angoissante qui vient se faire distordre par d’aggressives nappes de bruits grandissant au fur et à mesure du morceau. La construction est simple mais efficace, pose directement le climat, et laisse une belle plage d’expression à un Dubin toujours aussi troublant, qu’il susurre ou qu’il vocifère allégrement.

Vous l’aurez compris, le gros point fort de cet Horrible Chamber réside dans les arrangements, variés et parfaitement aboutis techniquement. De plus, en dehors d’un final qui s’étale sur presque un quart d’heure, le reste est composé de pièces relativement courtes ayant chacune leur caractère propre, dotant l’ensemble d’énormément de dynamique et de nuances, n’ennuyant jamais, fascinant presque toujours. Véritable bande son de tes pires cauchemars, cet Horrible Chamber se vit donc comme un éprouvant voyage au cœur des pires sentiments humains : la solitude sur le déjà cité Humming ou sur le final titre éponyme, la colère sur les titres plus doom/sludge que sont Of Embers et Worm, la folie, sur le génialement tribal Water Rite. Et franchement, rarement tel périple musical n’aura été si rondement mené, si complet, et si captivant.

Il faudra voir avec un peu plus de recul, mais il se pourrait bien que ce nouvel opus de Gnaw représente la meilleure chose qu’ait réalisé Alan Dubin, toutes formations confondues. Grâce à un réel travail de groupe et à une production de qualité, le film d’horreur qui se déroule dans tes oreilles est alors des plus hypnotiques car ne relâchant jamais la tension, tout en lui donnant divers visages, tous horriblement parlant.

Artiste : Gnaw
Release : Horrible Chamber
Date de Sortie : 15/10/2013
Label : Seventh Rule Recordings
Acheter cet album