gorguts-colored-sands

L’an de grâce 2013 aura vu le retour longtemps attendu (12 ans !) de l’entité Gorguts et de sa tête pensante, le canadien Luc Lemay. Pour les novices, sachez que vous vous trouvez face à l’un des groupes les plus importants et novateurs de la scène death metal techique, ayant assurément et entre autres inspiré toutes les tueries que peuvent être des monstres comme Ulcerate, Decapitated, Crowpath, ou encore Gojira. Pour ce retour en grande pompe, le maître de cérémonie s’entoure de la section guitare basse de Dysrhytmia et du batteur d’Origin, de quoi s’autoriser toutes les folies techniques tout en prenant le risque d’accoucher d’une œuvre froide et sans saveur. Suffisamment de bilans de fin d’année incorporant en haute place ce Colored Sands vous font d’hors et déjà dire que le résultat en est tout autre.

C’est le Tibet qui nous permet de retrouver Gorguts, l’histoire de ce bout de montagne ayant en effet assez inspiré Luc Lemay pour qu’il nous en ponde un disque. Colored Sands décrit donc dans une première partie fière et imposante la puissance culturelle et spirituelle du peuple tibétain, avant qu’une interlude pour cordes (très réussie, ce qui est rarement le cas dans le genre) raconte l’arrivée des chinois, introduisant une partie finale pleine de luttes, et de souffrance. On s’en fout ? Oui. Seulement, cette histoire aura permis pour son géniteur de doter le disque d’un vrai squelette, lui conférant un intérêt constant tout au long de près d‘une heure de musique, ce qui pour un disque du genre est un sacré exploit.

Le plus fou avec cet album c’est qu’avec cette nouvelle sortie Gorguts nous fait don d’un album représentant encore une nouvelle étape dans sa discographie, au lieu de fournir un simple resucé de ses fulgurances d’antan, comme c’est souvent le cas avec les vieux sur le retour. Car chaque Gorguts a son feeling et son aura qui lui est prore, et ce Colored Sands ne déroge point à la règle. On retrouve bien sûr le côté ultra alambiqué introduit par Obscura tout comme la noirceur épique de From Wisdom To Hate dont il constitue un prolongement certain. Pourtant, ici, grâce aussi bien à la prod, très moderne tout en restant organique, aux compos, plus massives qu’à l’habituel, ou aux arrangements, extrêmement riches et fins, on détient une œuvre possédant une marque unique et inoubliable. Les dissonances s’entremêlent alors, puis se percutent dans un tourbillon que les quelques passages calmes, tous parfaitement à propos et achevant la cohérence de l’ensemble, ne feront que ressourcer afin qu’il reprenne toujours mieux sa charge.

Colored Sands représente tout ce que j’aime et tout ce que j’attends d’un disque du genre puisqu’il transcende la violence pour enfanter d’une matière vivante brute et incontrôlable qui en devient fascinante. Album intelligent, il puise dans les atouts de chacun des protagonistes les armes nécessaires pour achever une entité complète, cohérente, et impressionnante. Là où certains n’y voient qu’horribles chants et batterie épileptique envahissante, ce disque joue de tous ces codes pour adresser un message musical bien plus universel, s’inscrivant dans la lignée d’oeuvres sombres et totales ayant pu être enfantées par la musique dite classique ou la musique électronique d’esthète. Assurément la meilleure sortie 2013 d’un death métal qui en avait vraiment, mais alors vraiment, besoin.

Artiste : Gorguts
Release : Colored Sands
Date de Sortie : 03/09/2013
Label : Season Of Mist
Acheter cet album