Tu en conviendras avec moi, il nous est plutôt rare chez GVAC de te parler post-rock, tant cette musique a semblé à un moment se contenter de proposer encore et toujours la même formule. Les choses n’ont pas beaucoup changé en 2017. Mais il faut reconnaître que de temps à autre surgit un groupe qui utilise ce langage pour développer des compositions d’une grande classe, capables aussi bien de te plonger dans de belles rêveries que de te plaquer au sol sous un mur de son salvateur. Finalement, le post-rock se situe désormais à peu près au même niveau que les autres courants musicaux actuellement, comptant dans ses rangs une forêt de groupes pas très inspirés qui font du crowdfunding au lieu de prendre le temps de maturer, et seulement quelques groupes plus talentueux qui te rappellent le bien fou que procure la musique quand elle est bien faite.

Meniscus est donc un groupe de post-rock, tu l’auras deviné, et qui plus est à peu près tout ce qu’il y a de plus classique dans le genre. Pour autant, voilà quatre Australiens qui avec ce Refractions, leur second album, proposent huit morceaux aux ambiances évolutives qui ne se contentent pas de préparer pendant dix minutes une explosion qui représente à peu près le seul intérêt de l’entreprise. À ce petit jeu, ils se débrouillent d’ailleurs au moins tout aussi bien que leurs compatriotes et collègues de label Dumbsaint, auteurs d’un bien joli Panorama en 2015.

Souvent mélancolique, me rappelant par cet aspect le superbe Solace des néo-zélandais de Jakob, la musique proposée par Meniscus a le bon goût de respirer l’honnêteté et de chercher avant tout à construire son univers. Elle n’hésite pour cela pas à insuffler un peu de math-rock dans sa machine quand il faut rendre celle-ci un peu plus nerveuse, mais l’efficacité et l’accroche mélodique sont toujours privilégiées devant la débauche de technique. Et si on entre dans ce monde un peu à reculons, on se prend au jeu au fur et à mesure des pistes, l’intérêt pour la suite de l’histoire se faisant de plus en plus fort tandis que le disque se déroule. Et si, parfois, on trouve sur notre route quelques poncifs un peu faciles et niais empruntés à des trucs bien moches genre And So I Watch You From Afar ou Maybeshewill, ils sont assez vite oubliés.

Car, ce que l’on retient avant tout de cet album, et ce dès la première écoute, c’est l’étendue des paysages et des couleurs qui se trament sous tes oreilles, de même que certains riffs et mélodies vraiment bien trouvés. Et c’est surement ça le plus important. En ces temps de grandes chaleurs peu propices au sommeil, te voilà donc en face d’un compagnon plutôt recommandable pour tes divagations nocturnes. Évite cependant de t’endormir avant la fin car les deux derniers titres, en choisissant d’être plus enlevés et rythmés que le reste du disque, clôturent à merveille un bien joli parcours qui n’a pour unique prétention que celle de te faire prendre un peu de hauteur, et d’admirer alors un peu la vue.

Artiste : Meniscus
Release : Refractions
Date de Sortie : 02/06/2017
Labels : Bird’s Robe Records
Acheter cet album