L’un des cadeaux les plus surprenants que 2016 a foutu sous le sapin cette année, c’est un nouvel EP de Nine Inch Nails. Pas si surprenant, en fait : Trent Reznor avait prévu début 2016 que de la nouvelle musique de Nine Inch Nails sortirait dans l’année, et le groupe n’avait rien sorti depuis 2013, année de la sortie d’un Hesitation Marks vaguement relou. Et après une année 2016 que Reznor a vraisemblablement passé à se gratter les noix, le voilà qui débarque, quelques jours avant Noël, en forme de cadeau de Hanoucca pour ses millions d’aficionados. Mais du coup, il vaut quoi, cet EP?

Précisons d’abord que, même si j’assure qu’il n’y a absolument rien à jeter dans le Nine Inch Nails des années 90 et que quelques disques des années 2000 me font vraiment de l’effet, voilà pas mal d’années que Reznor me laisse complètement froid, que ce soit dans Nine Inch Nails (Un The Slip très naze, l’ennuyeux projet Ghosts…) ou avec Atticus Ross (sérieux, j’adore Gone Girl et The Social Network, je les ai même vus plusieurs fois, mais je suis incapable de me rappeler ne serait-ce que d’une seconde de leur B.O). J’avais donc fini par me persuader qu’il n’y avait plus rien à attendre de Reznor et ses gros bras. Or ce nouvel EP, même si il présente un intérêt relativement limité, me rassure énormément.

Dès le premier morceau (« Branches/Bones »), en effet, on retrouve un Nine Inch Nails qu’on avait plus ou moins perdu, avec son romantisme crade, ses percussions acérées, ses murs de bruits tout pétés. Et même si je suis resté un peu perplexe à la première écoute du format court, je commence vraiment à me faire à ces nouveaux morceaux : c’est bien produit, c’est viscéral sans (trop) partir dans l’auto-caricature, bref, on est parfois carrément emballés par la machine Nine Inch Nails, peut-être pas autant qu’on l’était par le passé, mais rien que pour « The Idea Of You » et son refrain qui brise des gueules, je suis très heureux que cet EP existe.

Bon, on va pas non plus s’emballer, il y a encore des tics un peu désagréables sur cet EP, à commencer par un « Dear World, » complètement insuffisant, dans la droite lignée des compositions les plus gênantes du milieu des années 2000 (tu m’entends, « Me I’m Not »?). Et puis en général, même si l’EP est particulièrement rentre-dedans, on ressent encore carrément la patte du Trent Reznor faussement ambient, ce qui fait que « She’s Gone Away » et « Burning Bright (Field On Fire) », malgré quelques bonnes idées, sonnent tout de même un peu creux.

Enfin, je l’ai déjà dit, je reste plutôt satisfait par ce nouvel EP, qui reste plus que recommandable pour l’amateur de Nine Inch Nails qui à se mettre sous la dent des amuses-gueules pour 2017. Et oui, je dis amuses-gueule, car Nine Inch Nails ne vas pas s’arrêter en si bon chemin : deux « grosses sorties » sont promises par Trent Reznor cette année, et l’américain musculeux (oui, je fais une fixette sur ses muscles stéroïdés) a déjà annoncé une énorme série de rééditions, avec notamment un The Fragile blindé d’inédits. Pour l’instant, clouons du bois.

Artiste : Nine Inch Nails
Release : Not The Actual Events (EP)
Date de Sortie : 23/12/2016
Label : Auto-produit
Acheter cet album