shield-your_reciprocate

Reciprocate est le sixième album en sept ans pour le trio anglais Shield Your Eyes, le précédent, Reach, étant sorti il y a tout juste un an. Il est à peu près aussi bon que tous les autres, n’opère aucun virage à 90 degrés, mais est empreint d’un soupçon de mélancolie dont on ne se plaindra pas. Parler de ce disque n’aurait donc pas énormément d’intérêt si Shield Your Eyes se trouvait à la place qu’il méritait en représentant une entité référence du paysage rock (j’ai failli dire indé puis j’ai vomi) actuel. Ce n’est pas le cas et une tribune à la gloire de la musique des Londoniens s’impose donc, celle-ci étant passionnante et d’une beauté pure et simple.

Commençons par le style. Il y a chez les anglais une grosse connotation noise/math rock, que cela soit dans la batterie qui rappelle souvent celle de Lightning Bolt ou dans le jeu de guitare, sec et technique. Mais ce qui frappe d’emblée et qui fait l’originalité formelle de la musique des Anglais est cette sensibilité (j’aurais pu dire : ce touché) héritée du blues rock 60’s qui témoigne de l’amour du guitariste (qui s’adonne par moment également à l’harmonica) pour les gloires que furent des groupes tels que Creedence Clearwater Revival ou Ten Years After. C’est flagrant quand le trio reprend des standards tels que le Young Man Blues de Mose Allison (déjà repris par les Who, entre autres), mais c’est latent et tout aussi primordial sur les compositions propres à Shield Your Eyes, et de plus en plus d’ailleurs. La chaleur et le côté incarné du blues qui transparaissent dans le chant et dans l’énergie déployée font alors oublier le côté branlette du math-rock, et celui-ci donne quant à lui un coup de jeune à la musique de papa.

Et qui dit rock à papa dit, souvent, guitar hero, fonction que le gratteux de Shield Your Eyes remplit à merveille. Mais ne t’attends pas à entendre du Popa Chubby ou du Joe Bonamassa, pour citer les modernes souvent insipides. Par contre, tu trouveras une guitare toute déglinguée, à qui il manque la plupart du temps des cordes, et que les effets de vibrato incessants écartent toujours de la tonalité « juste », ce qui rend l’ensemble chancelant, et par la même occasion, vibrant. Shield Your Eyes se détache alors à nouveau de son carcan math-rock en remettant l’humain au premier plan via l’improvisation et l’incertitude, fournissant par la même occasion la touche finale à un tableau bien trop beau pour être vrai, et pourtant.

Pour revenir à Reciprocate, on pourra peut être rechigner un peu plus qu’habituellement. Dire que le son est encore plus cheap que sur les albums précédents. Que quelques chansons sont un peu en dessous du niveau auquel on est habitué. Bref, que quelques mois supplémentaires auraient pu être bénéfiques à la conception de ce petit nouveau. On oublierait une chose importante : fonctionner en indépendant nécessite de tourner inlassablement, et ce ne sont pas les cent balles acquis au prix de ta sueur qui te permettront de rentrer chez toi avec de quoi pouvoir, ne serait-ce qu’un peu, voir venir. Tu grossis donc les bénéfices avec du merch et on reconnaîtra à Shield Your Eyes de ne pas s’être contenté du t-shirt inédit pour la tournée qui se prépare en cette fin d’année. De ce point de vue là, Reciprocate est un bien beau goodies qui contient d’excellentes chansons dont on ne se lassera pas (Dilemma, Stand, False Neutral) et qui permettront d’apporter du neuf aux prestations scéniques des Anglais, par ailleurs toujours exceptionnelles. Raison de plus bien qu’il n’y en ait pas besoin de te rencarder sur les dates de ladite tournée. Et si tu es Parisien le rendez-vous est pris pour le 27 novembre. Tu m’en seras à jamais reconnaissant.

Artiste : Shield Your Eyes
Release : Reciprocate
Date de Sortie : 25/11/2014
Label : Romac Puncture Repairs
Acheter cet album