Adulés à la sortie d’« I Don’t Care Where I Go When I die » par tous les geeks en mal de sensations forte, puis traînés à terre et conchiés par ces mêmes adorateurs sur « He Is Never Coming Back » pour avoir délaissé la folie permanente et tenter l’abattage par l’usure plutôt...