blondi-salvation_crusades

Je vous parlais il y a peu de temps de Temples, quatuor anglais à la mode auteur d’une pop psychédélique très bien foutue mais manquant un peu d’aspérités et d’engagement pour être complètement convaincant. C’est alors que se pointa The Blondi’s Salvation, quintet nantais investit jusqu’au bout des ongles dans la cause d’un psychédélisme onirique et prenant.

Ces quatre garçons et la très charmante demoiselle qui se charge de la batterie vivent ensemble et utilisent plus ou moins tout ce qui peut servir leur cause, des classiques guitare basse batterie aux un peu moins conventionnels (quoique déjà vus dans le genre) douze cordes, cithare et orgue. Le tout sent clairement la bidouille et nécessite la présence d’un sixième membre, concepteur d’amplis, réparateur, et pièce maîtresse dans la capacité des Blondi’s Salvation à pouvoir sonner comme un groupe des années 60 tout en y inscrivant sa petite touche personnelle.

Le terrain est connu donc, mais la communion qui ressort de tout cela fait passer l’ensemble à un niveau supérieur que peu de groupes du genre encore en activité peuvent revendiquer. Et même si le chanteur singe assez souvent Nico (Velvet Underground) et ressemble un peu trop à Anton Newcombe (Brian Jonestown Massacre), on ne peut pas lui enlever un talent certain pour chanter (un peu) à côté de la plaque et trouver alors les intonations qui rendent les chansons accrocheuses et hypnotiques. Par rapport à Brian Jonestown Massacre d’ailleurs, la filiation est évidente, mais si elle pouvait être gênante sur les précédentes productions du groupe, elle est maintenant complètement digérée par une formation qui tisse de plus en plus sa propre identité.

Influence finale : l’Orient. Et si depuis les Beatles ce n’est plus vraiment d’une très grande originalité que d’utiliser gammes et sonorités orientales, l’apport est ici encore assez subtil pour n’être qu’une couleur supplémentaire qui embellit plus le tableau qu’elle ne le surcharge. Car au final c’est vraiment cela qui fait le charme de The Blondi’s Salvation : être un patchwork de diverses influences maintes fois remâchées mais qui sont ici agencées avec assez de finesse et de talent pour que l’on plonge sans rechigner.

Artiste : The Blondi’s Salvation
Release : Crusades
Date de Sortie : 10/01/2016
Label : Autoproduction
Acheter cet album