Consciemment éloignés de toute promotion et médiatisation 2.0, les américains de Tragedy sont pourtant des légendes du milieu punk-hardcore, un milieu qui risque d’être déconcerté par ce nouvel opus qui délaisse le crust-punk de base pour une musique bien plus sombre et difficile d’accès qu’à l’accoutumée, mais qui pour la peine n’en devient que meilleure.

tragedy-darker-days-ahead

Tragedy est un groupe de crust, ce qui se résume par jouer du punk avec le son d’un groupe de métal, et cumuler la saleté et la radicalité des deux sphères musicales. Vous l’aurez compris, c’est en général loin d’être finaud et original, mais ça a le mérite de ne pas compter les litres de sueur dépensés et de conserver une éthique qu’il fait bon de retrouver de temps à autre. Pourtant, avec Tragedy, il y a toujours eu un peu plus que ça.

Seulement, cette fois, c’est le fondement même de cette musique, le fameux D-Beat, qui est attaqué, car presque complètement absent des neuf titres de ce Darker Days Ahead. A la place, on se retrouve ici avec des batteries beaucoup plus mid-tempo qui vous empêcheront de vouloir égorger le batteur au bout de trois morceaux. Le deuxième avantage, c’est qu’une fois la musique libérée de ce carcan, tout devient plus simple et l’on voit apparaître comme par magie de la dynamique, des nuances, et donc un impact démultiplié. Pour tout dire, si pour moi il y a un groupe qui hante ce Darker Days Ahead c’est bien Killing Joke, aussi bien pour les rythmiques martiales répétitives que pour la capacité d’en ressortir des tubes hypnotiques et imparables (Darker Days Ahead, The Grime Infinite).

Si ce côté mid-tempo pourra parfois passer pour de la mollesse aux premières écoutes, il confère alors à la musique du groupe un côté sombre et imposant qu’elle n’avait jamais atteint. Et bien que le quatuor ne se débarrasse pas des traces épiques destinées à faire lever le poing en l’air et tatanner gentiment la gueule de son voisin, il devient plus impressionnant et haineux que jamais, lui permettant de faire encore perdurer pendant bien longtemps ses messages anarcho-DIY et, excusez du peu, par dessus une bande-son enfin parfaite.

Artiste : Tragedy
Release : Darker Days Ahead
Date de sortie : 01/05/2012
Label : Tragedy Records