triptykon-melana-chasmata

An de grâce 2014, le métal est mort et sa carcasse n’a plus rien de vraiment toxique. Le noir est devenu à la mode, le vainqueur de The Voice porte un t-shirt Slayer, et les gros labels ont bien compris que de belles mèches et quelques mosh-parts leur assureraient une rente convenable. Heureusement pour nous, Tom G Warrior, aka le Satan Suisse ou encore le Hulk Hogan des ténèbres, continue d’aiguiser ses armes après plus de 30 ans de service à la gloire de Belzébuth avec Hellhammer ou les séminaux Celtic Frost. Et s’il est triste de devoir se reposer toujours sur les mêmes, accueillons cette offrande avec une petite larme à l’œil, et la nuque prête à en découdre.

Comme tu as pu le découvrir ci-dessus, Monsieur Warrior n’est pas avare en clichés, et on pourrait doucement rigoler si le tout n’était pas si honnête et n’était pas le témoignage d’un engagement qui fait la différence par rapport à tous les suiveurs. Car si la musique de Warrior est si puissante c’est qu’elle est TOTALE. Totalement maîtrisée, totalement habitée, totalement perfide, elle emprunte à toutes les chapelles des musiques sombres pour laisser transparaître le désespoir et la haine de ce Monsieur Loyal des abysses.

Soyons un minimum objectifs, ce second album de Triptykon ne possède pas de pièces insurpassables comme Monotheist (le dernier Celtic Frost) en était truffé ou comme l’intro et la conclusion d’Eparistera Daimones, le premier Tryptikon. Mais par rapport à ce dernier, l’ensemble est ici bien plus varié, cohérent, fluide, et laisse entrevoir une dynamique de groupe plus aboutie. Alors certes la seconde voix masculine est toujours un peu gênante et balourde, mais tu passes de moments d’une violence dantesque à des puits de désespoir avec une facilité troublante. La deuxième partie du disque est, dans le genre, impressionnante de maîtrise tant elle est dynamique.

Et puis ce son, putain ce son. A l’instar des pontes que sont Meshuggah, Strapping Young Lad ou Type O Negative (avec qui ce Melana Chasmata partage pas mal de vibrations maléfico-romantiques), la patte Tom G Warrior est immédiatement reconnaissable et elle râpe plus loin que n’importe qui. Le mixage est une nouvelle fois absolument parfait, les guitares sont aussi vivantes que glaciales, et les arrangements touchent assez souvent au génie.

Un résumé en une phrase sans mauvais jeu de mots ni métaphore de supermarché ? Avec Melana Chasmata, rien de nouveau sous le soleil des ténèbres mais vu la mollesse ambiante on se délectera dans une jouissance totale de cette musique si personnelle et si prenante. Bisous les warriors.

Artiste : Triptykon
Release : Melana Chasmata
Date de Sortie : 14/04/2014
Label : Century Media
Acheter cet album