Ave, la jeunesse ! C’est avec un plaisir non dissimulé que nous te présentons aujourd’hui un groupe dont tu n’as vraisemblablement jamais entendu parler, mais qui mérite toute ton attention. Voici donc pour tes oreilles ébahies des gars qui ont tout compris à la musique (se prénommer comme un morceau de Shipping News c’est quand même déjà plutôt la classe), mais un peu moins au marketing. Car oui, les cinq Clermontois d’Untitled With Drums se sont mis en tête de jouer une musique qui n’a jamais passionné grand monde dans notre contrée : ce fameux rock 90’s (osons le terme d’alternatif !) trop aventureux pour les subventions, mais trop mélodique pour les squatteurs. Et comble du business plan raté, les bougres pratiquent leur tambouille avec une classe et une adresse remarquables. Tout pour passer inaperçu, en somme.

Self Titled With Drums est le premier disque du groupe, et on leur demandera de suite de rayer la mention EP qu’ils ont choisi d’affubler à cette sortie, tant les sept titres qui la composent sont assez consistants pour constituer un véritable album qui mérite alors toute ton attention. La musique qui y est peinte est, comme je te le disais dans l’intro, complètement influencée par les années 90, à mi chemin entre les mélodies épiques assumées d’un Failure (The Sun, To The Bone) et la beauté froide de la scène post-rock version Slint / Shipping News / June Of ’44 (Lullaby For Sattelites). On pourrait aussi leur deviner un certain attrait pour les groupes de Chris Brokaw (Codeine et Come en tête), et on sent également par moment le fantôme de Maynard James Keenan rôder, comme sur ce Sequestrated qui n’aurait pas fait tâche sur le dernier Puscifer.

Pour accompagner ces aspirations musicales hautement recommandables, le groupe a eu la bonne idée de s’affubler d’une production minimaliste qui laisse vivre les instruments tout en leur donnant une ampleur assez mystique. Le groupe semble alors flotter, et ce même quand les riffs se font un peu plus incisifs et la basse plus mordante. À la vue des influences précédemment citées, tu auras j’imagine compris que le résultat ne respire pas la joie de vivre, mais c’est surtout la mélancolie qui prévaut, et elle a vraiment fière allure dans cette production claire et sans fioriture. Grâce à cette ambiance lancinante, nous n’hésiterons d’ailleurs pas à rapprocher Untitled With Drums des fameux True Widow très à la mode en ce moment, tout en trouvant nos chouchous du jour bien plus habiles mélodiquement que les Texans, pour lesquels nous avons encore quelques réserves.

Tu l’auras compris, voilà un disque qui sort de nul part et qui fait mouche instantanément, du moment que les voix claires réverbérées et les productions léchées ne t’effraient pas. On se demande juste comment les gaillards arriveront sur scène à exécuter cela avec autant de maîtrise et à restituer l’ambiance si prenante de cette première sortie définitivement réussie. Je t’avoue être un brin sceptique, mais je ne demande qu’à me tromper.

Artiste : Untitled With Drums
Release : S/T W/D
Date de Sortie : 20/01/2017
Labels : Autoproduction
Acheter cet album