valina-container

Au rayon des groupes méconnus, on tient sûrement un winner avec les Autrichiens de Valina qui tentent de se faire entendre depuis maintenant 17 ans. Peut être bien que ce quatrième disque, le troisième enregistré chez Maître Steve Albini à Chicago, sera le bon, car une fois de plus le trio surclasse plus ou moins tous ses rivaux en terme de rock 90’s décomplexé.

Sur ce nouvel opus, intitulé Container, on reprend plus ou moins les mêmes ingrédients que sur A tempo ! a tempo ! (sorti en 2009 et proposant la petite pépite située juste ci-dessus et plein d’autres), à savoir une pochette horrible et un son bien sec contrastant avec de douces mélodies à se damner. Car depuis maintenant deux albums, Valina s’émancipe du post-rock glacial version Shipping NewsJune Of ’44Slint en mettant en avant la voix du frontman, curieux mélange entre celle de Chris Leo (The Lapse, The Van Pelt, Vague Angels) et celle des Bloodhound Gang. Vous l’aurez compris via cette dernière comparaison, le chant de Valina est très particulier et risque d’en rebuter plus d’un. Si ça passe, à toi le bonheur de pouvoir profiter d’un songwriting original et véritablement attachant.

Car si Valina est un groupe réellement à part, c’est de par son don pour raconter des histoires en s’autorisant pas mal de constructions abracadabrantesques accompagnant à la perfection les récits. Dans le genre, ils me rappellent beaucoup de cet excellent groupe français dont je vous parlais il y a quelques mois, Shub. On soulignera que du côté des Autrichiens, tout cela est permis par un batteur vraiment hors-norme car doté d’un nombre d’idées pharaonique, d’un groove imparable, et d’une dynamique propre à un batteur de jazz mais qui fonctionne parfaitement avec la musique de ses deux compères. L’ensemble, à mi-chemin entre un math-rock acéré et des comptines montagnardes, fait toujours autant son effet sur ma personne.

A chaud, je dirais pourtant que cet album me parle un peu moins que le précédent, le trouvant un peu moins inspiré, plus mou, moins aventureux, et contenant moins de moments de grâce. Mais Valina fait partie de ces groupes qui s’apprécient vraiment avec le temps, celui-ci permettant de mettre en lumière la grande finesse des compositions et transformant alors chaque chanson en parfait compagnon de voyage de tes émotions. Du coup, que cela soit avec cet album ou le précédent, je ne peux que t’encourager à sauver ce groupe des limbes de l’indifférence dans lesquelles il gît depuis bien trop longtemps.

Artiste : Valina
Release : Container
Date de Sortie : 28/03/2014
Label : Trost Records
Acheter cet album