youngwidows-easypain

Je n’ai jamais été un grand amateur de Young Widows. Quand Old Wounds est sorti, dans un certain engouement underground, je trouvais en effet que malgré quelques fulgurances mélodiques, le disque se révélait assez vite barbant avec son noise-rock bas du front moyennement inspiré. En live à cette époque, mon constat était similaire. Le virage vers une musique plus planante initié par In And Out Of Youth And Lightness était quant à lui très excitant et réussi sur les deux premières chansons, mais l’album péchaît là encore sur la longueur, et l’ennui était de rigueur. Easy Pain, le quatrième album de ce trio de Louisville, n’était donc pas une sortie que j’attendais particulièrement.

Dès les premières secondes on se rend bien compte que ce nouvel album retourne, en tout cas au niveau sonore, en direction des contrées qu’exploraient les deux premières galettes du groupe. Les secondes suivantes portent également à croire que le groupe ne renie pour autant pas son essai planant en gardant une optique plus pop qu’à ses débuts, mais en y joignant une tension qui faisait cruellement défaut à son précédent disque.

En condensant de cette façon ses diverses aspirations, Young Widows franchit un vrai cap et arrive sans problème à imposer sa patte, quelque part entre le noise-rock de base à la Jesus Lizard / Big Black, sa version sous testostérone sonique proposée par les fantastiques Part Chimp, et ….. Queens Of The Stone Age (dernière période). J’ai essayé de m’enlever cette dernière idée (bien que la comparaison soit flatteuse si on est un poil sérieux) mais rien n’y fait, aussi bien dans cette voix de crooner que dans ces guitares aigues réverbérées presque aériennes surplombant une section basse-batterie sèche et plombée, ben ia pas à chier, QOTSA n’est pas bien loin.

Comme d’habitude avec Young Widows, le début d’album est tonitruant : Godman te fout une grosse mandale, Cool Night diminue le tempo et la furie mais maintient une tension proche de la rupture, Kerosen Girl y va de son tube catchy bien senti, et Doomed Moon est un peu l’alliance de tout ça.

Mais Easy Pain n’est pas un album facile. Très chargé au niveau de la structure de ses morceaux, il a un peu de mal à passer sur toute sa longueur et si des grosses réussites tels que The Money sauvent la moyenne générale, le groupe se révèlerait très intelligent à tenter le coup du choc de simplicité tout en proposant des albums un peu moins fournis. Malgré ces réserves, Easy Pain est un album tout à fait recommendable, un brin original, un autre brin efficace. Il relance en tout cas grandement l’intérêt et les attentes que l’on pouvait avoir vis à vis de Young Widows.

Artiste : Young Widows
Release : Easy Pain
Date de Sortie : 13/05/2014
Label : Temporary Residence LTD
Acheter cet album